Mentions légales chiantes

Je vois que vous avez cliqué sur le menu menant à une section hautement intéressante de ce site. Peut-être même que, si vous êtes sur mobile, vous avez cru que cliquer sur cette icône – qui représente la main d’Hermione quand Rogue demande ce qu’il obtient quand il ajoute de la racine de je ne sais quoi en poudre à une infusion de ses grands morts – allait vous ramener en haut de la page. QUE nenni ! Ah, attendez, je m’aperçois que « le menu menant » de la première phrase est une très belle allitération et par conséquent il m’est primordial de la poursuivre dès maintenant. Donc, le menu menant mènera-t-il au manant émanant de…

Bon, elles viennent, ces mentions légales, grande face de courge ?

Du calme, personne fictive écrivant des insultes ad personam curieuses en italique servant à créer une interaction poignante avec moi afin de dynamiser un sujet maussade.

Sinon tu peux m’appeler Laurent-Philippe, comme tout le monde.

Sérieusement ?

Non.

Wokay. Donc, permettez-moi de me racler la gorge. *se racle la gorge suite à votre permission* Merci. Les conditions générales ci-dessous déterminent les modalités d’utilisation du site varietoche.com.

Ah mais ça va vraiment être chiant, en fait.

SILENCE, Lolo-Fifi. Je peux t’appeler Lolo-Fifi ?

Non plus.

L’utilisateur·ice reconnaît avoir pris connaissance de cette page et accepte l’ensemble des conditions, que cet usage soit fait à titre personnel, professionnel, ou… non, j’ai fait le tour en fait. Personnel ou professionnel. Si cet usage est fait à titre professionnel, l’utilisateur·ice…

C’est obligé, l’écriture inclusive ?

C’est obligé de s’appeler Laurent-Philippe ?

Mais je m’appelle pas comme ça, c’était une blague, merde !

Hilarant. DONC. J’en étais où ? Blablabla l’utilisateur·ice… garantit être habilité·e à accepter ces conditions générales au sein de son organisation. Au sein de son… organisation.

Pourquoi tu répètes les trucs ? C’est une dictée en fait ?

ÉDITEUR DU SITE ET DU PODCAST

Seb Little n’étant pas une entreprise mais un particulier exerçant sa passion, le site et le podcast sont autoproduits par la personne sus-nommée dans un but non lucratif. Enfin en tout cas, pour le moment, c’est ce qu’il en est.

C’te dernière phrase. En gros comme tu te lances pour l’instant t’es pas rémunéré, mais en vrai t’aimerais bien que ça t’amène un peu la grosse moula quoi.

Mais, je me disais, à la limite, comme t’es moche et que tu t’appelles Laurent-Philippe et qu’en plus visiblement tu vis au pays des réacs et que donc tes paroles valent pas grand chose, est-ce que pour éviter de te répondre et pour rendre un peu plus intéressant cette page, je la ponctuerais pas un peu d’infos randoms au sujet de Catherine Laborde, la présentatrice météo qui a présenté le bulletin météorologique sur TF1 pendant 28 ans ?

HÉBERGEMENT DU SITE

L’hébergement de ce site est fourni par :

OVH
Société par actions simplifiée
RCS Lille Métropole 424 761 419 00045
Siège social : 2 rue Kellermann, 59100 Roubaix, France
Les sœurs de Catherine Laborde s’appellent : Geneviève et Françoise

HÉBERGEMENT DU PODCAST

Le podcast Variétoche est hébergé sur anchor.fm qui appartient à :

Anchor FM Inc.
Siège social : 41 W. 25th Street, New York, NY 10010, United States
Catherine Laborde a interprété un one-woman-show, co-écrit avec : Guy Carlier et François Rollin (what the fuck)

DONNÉES PERSONNELLES

Vous n’êtes pas sans savoir – nan je déconne, mais je trouvais ça stylé de commencer ma phrase comme ça – que toute information recueillie sur le site web varietoche.com se fait dans le cadre des besoins liés à l’utilisation de la plateforme, telles que la newsletter, la… nan c’est tout, j’ai fait le t…

T’as fait le tour, c’est ça ? C’est trop demandé de renouveler ses vannes à six balles une fois de temps en temps ?

Ah ouais donc c’est même pas autorisé de faire deux fois la même vanne dans une page du site ? Booon, bah très bien je vais rajouter une section juste après à ce sujet. Bien, donc Variétoche s’engage bien évidemment à ne céder en aucun cas les informations concernant les utilisateur·ices du site : ni par vente, ni par échange, ni par prêt, ni par location, ni par don. Ni pardon.

Et conformément à la loi « informatique et libertés » n°78-17 du 6 janvier 1978, c’était un vendredi je crois, puis modifiée en 2004, donc une loi relative à l’informatique et aux libértés hein, voilà, l’utilisateur·ice bénéficie d’un droit d’accès et de rectification aux informations le ou la concernant pour un motif légitime, droit qu’il ou elle peut exercer à tout moment en adressant un mail à l’adresse contact@varietoche.com.

Et conformément à la loi du 7 septembre 1994, eh ben rien du tout car n’elle existe pas. C’est juste ma date d’anniversaire, donc pensez à bien me le souhaiter ce jour-là, ce serait commerçant de votre part.

SECTION PAS PRÉVUE QUE JE VIENS DE RAJOUTER SUITE AUX COMMENTAIRES DE L’AUTRE

Toute vanne ou tentative de vanne ne doit pas être renouvelée au sein de la même page du site, sous peine de petite réflexion relou, là.

PROPRIÉTÉS INTELLECTUELLES

Ah, « intellectuel », ça te concerne pas trop, ça !

Attends deux secondes, parce que je suis en train de m’étouffer tellement on est dans les sommets du rire là, il faut que je m’en remette avant d’écrire la suite.

BON !

L’ensemble du site Variétoche – qui, au passage, n’a rien à voir avec le fait que Catherine Laborde a déjà participé à Fort Boyard – relève des législations françaises et internationales sur le droit d’auteur·ice et la propriété intellectuelle.

Auteur·ice…

Ouais donc t’es Bernard Pivot quoi. On peut pas mettre un point médian sans se faire interrompre. J’allais dire que tous les droits de reproduction sont réservés, y compris les documents iconographiques, photographiques, et bien évidemment audio et vidéo. En conséquence, toute reproduction de ceux-ci, totale ou partielle, ou imitation, sans mon accord exprès, préalable et écrit, est interdite.

Bon en vrai elle est un peu casse-bonb’ cette règle donc si vous avez envie de prendre des extraits de mes podcasts de temps à autre, c’est pas moi qui vais venir vous courir après.

Mais c’est pas possible de lire ça dans un paragraphe sur la propriété intellectuelle !

Et allez, et ça se prend pour le directeur de la CNIL… Non mais par contre il est formellement interdit de collecter ou d’utiliser des éléments dispos sur le site à des fins commerciales. Ça, c’est non. Eeeet ben ouais. Et cette interdiction – qui est bien faite pour votre petit cul – s’étend notamment à tout élément figurant sur le site ou dans les podcats, que ce soit le contenu audio, les description, les logos, les images, les photos, les graphiques, les nudes, tout ce que vous voulez.

Ah, et en navigant sur Variétoche, l’utilisateur·ice acceptera également que la fille de Catherine Laborde, Gabrièle, était avec elle lors de sa première météo, et on s’en fout c’est pas du tout ça que je voulais dire : l’utilisateur·ice acceptera également l’installation éventuel de cookies sur son navigateur, mais peut librement les effacer.

Très surpris que t’aies pas fait un jeu de mot naze avec « cookie ». Ça te rassemble pas, ça.

MOT DE LA FIN

Pour être un peu plus sérieux, si les mentions légales sont fixées avec autant de légèreté, c’est parce que Variétoche est un podcast non rémunéré et il n’y a pas de société derrière. Ces mentions légales seront revues dès lors que des nouveautés impliquant vos données personnelles ou des fins commerciales seront liées au site.

Eh beh. Si quelqu’un a vraiment lu toutes ces conneries, toutes mes ficelles de caleçons à lui !

« Toutes mes ficelles de caleçons ». Ok boomer donc pour moi tu es officiellement Laurent-Philippe, daron de 47 ans. C’est acté. Dis « Règle n°1 : papa a toujours raison. Règle numéro 2 : si papa a tort, se référer à la règle numéro 1 », pour voir ?

Les commentaires sont fermés.